Vous prendrez bien un peu de rêve?

Avec la couverture de l’anthologie « Entre rêve et irréalité », aux éditions Arkuiris, dont la sortie est prévue début juin.

cover-Reve

Une antho qui promet d’être pleine de bonnes choses, avec 26 auteurs au sommaire! J’y signe une nouvelle intitulée « Le chant des fées », ou quand une compagne imaginaire devient trop envahissante pour être irréelle… Toutes les infos à propos de ce recueil sur le site d’Arkuiris.

 

À part ça, j’attends toujours la visite du gentil facteur (pas tout à fait comme ces deux-là, même presque) qui devrait m’apporter ma commande de Projet Alice

waiting2

Et j’avance lentement mais sûrement dans les corrections de Tombent les anges. 50% de bouclé, à la louche. Le tout avec mon stylo hello kitty multicolore, outil hautement indispensable à la correction de manuscrits.

 

Ah, et tiens, issus de mes dernières lectures, voici un petit retour des titres francophones:

* Sous surveillance, de Dorothée Lizon, éditions les nouveaux auteurs (en numérique):

Thriller estampillé comme coup de coeur de Franck Thilliez, j’étais sûre de ne pas être déçue. Ce fût en effet un très bon moment de lecture. Une belle plume, efficace, une intrigue aux détours surprenants. Pour chercher la petite bête, je dirais qu’il m’a manqué une part d’empathie avec Valène, le personnage principal, que j’ai trouvé trop froide.

* Le mirage de Gemma – Eden T1, de Blandine P. Martin, éditions Bragelonne-Snark:

Une colonie humaine sur une lointaine planète, des hommes et des femmes choisis sur des facteurs mystérieux, et déracinés parfois contre leur gré d’une terre à l’agonie, un gouvernement mené par une dictatrice au sourire factice, des rebelles prêt à tout pour instaurer une véritable démocratie… Blandine Martin met en place une bonne dystopie et nous offre les bases d’une romance contrariée. J’ai tiqué sur certaines invraisemblances (notamment les aliments consommés sur Gemma, comme le café), mais malgré tout lu d’une traite ce premier tome prometteur.

Et voilà… j’ai surtout lu des thrillers anglo-saxons ces dernières semaines, mais ma liseuse est de nouveau chargée de titres francophones.

Déjà mars?!?

Quoi? Le mois de mars est déjà arrivé? Le temps s’emballe de manière folle depuis le début de l’année!

rabbit

 

Une seule nouvelle fraîche au compteur pour 2017, une ébauche de V3 pour Tombent les anges, ça progresse, mais tout doucement.

 

 

Je me réjouis de boucler les corrections du Projet Alice (et encore plus de le voir terminé, mis en page, imprimé… 😉 ), il sera plus facile alors de me concentrer sur mes autres chantiers.

 

Un petit point lectures: hormis quelques thrillers anglo-saxons, je continue de privilégier les auteurs francophones. Il y a de belles pépites dans ce monde SFFF francophone, des jeunes auteurs bourrés de talent, des maisons d’édition qu’on qualifie de « petites » mais qui démontrent une motivation inversement proportionnelle, et qu’il faut soutenir.

Dans le désordre, j’ai lu ces derniers mois:

 

  • « U4 Koridwen » de Yves Grevet, aux éditions Syros (en numérique):

Le concept de cette histoire déclinée en quatre versions, écrites par quatre auteurs livrant chacun le point de vue d’un protagoniste qui croise les autres, m’a séduite d’emblée. J’ai beaucoup aimé le récit de Koridwen, sa force morale et son courage dans ce monde fracassé, la foi qu’elle place en l’héritage peu conventionnel de de sa grand-mère. Je lirai avec plaisir d’autres volets de U4.

 

  • « Le chasseur de sorcières » de Angel M. Meynard, aux éditions Flammèche:

Une belle plume, sobre, des échanges qui sonnent juste. Peut-être un peu de lenteur, surtout que l’essentiel de l’action se situe dans les derniers chapitres. Mais pourquoi diable avoir choisi ce titre qui nous met d’emblée sur la bonne piste?

 

  • « 2048 » de Lionel Cruzille, aux éditions NumerikLivres:

Un roman très court, nerveux, plein de bonnes choses mais qui, à mon sens, s’emballe un peu trop dans les derniers chapitres. Si j’ai bien compris, l’histoire aura une suite, ceci explique donc peut-être cela… En tout cas. j’ai apprécié l’ambiance très sombre dépeinte par l’auteur, le côté angoissant de cette société totalitaire.

 

  • « Il pleuvra sur la lande » de Dana B. Chalys, aux éditions Flammèche:

Après du court, du long! L’auteure doit être de ceux qui vivent en permanence dans un monde parallèle privé, parfaitement construit et cohérent. Une très belle maîtrise de tous ces mythes revisités, chapeau! Malgré tout, le récit était trop touffu pour moi, cette abondance m’a fait souvent décrocher. J’ai aussi eu de la peine à m’attacher au personnage principal, Keith, et à sa cause. J’ai plus apprécié Beth, et d’autres personnages secondaires, comme le duo de vampires pas comme les autres.

 

  • Et actuellement, je suis en pleine anthologie « Réalites 1 » des éditions Realities Inc.

Encore un peu tôt pour me prononcer, puisque je n’ai lu que la moitié des textes. En tout cas, ils sont très différents et ont chacun une musique et un caractère bien à eux. Merci à Tesha Garisaki, l’anthologiste, de m’avoir fait parvenir cet opus!

En avant pour 2017!

Après ce chouette bilan, c’est l’heure de fixer quelques objectifs pour la nouvelle année!

 

Côté nouvelles:

En écrire une dizaine, si possible. Il y a déjà quelques appels à textes qui me font de l’oeil… Et c’est bien parti puisque j’ai bouclé hier ma n°1 pour 2017.

 

Côté romans:

Remanier Tombent les anges grâce aux avis de mes lecteurs-test, le corriger et le soumettre d’ici l’été.

Idem pour le tome 1 du Lac de Jade.

Là, j’ai du pain sur la planche (surtout que rouvrir le tome 1 signifie s’engager dans la trilogie, et que donc ces corrections me font un peu cet effet là: …

 

)… mais ça me fera plaisir de replonger dans cet univers romanesque, de retrouver ma bande de personnages hauts en couleurs.

 

Une fois ces deux gros objectifs atteints, je me lancerai sans doute dans un nouveau projet de roman. J’ai quelques idées en gestation…

Voilà qui devrait m’occuper pour les douze mois à venir!

 

 

Je profite encore de ce billet pour faire la revue des livres lus en décembre:

  • Tout ce que l’on ne s’est pas dit, de Jérôme Dumont, aux éditions Numeriklivres:

« Un livre sur l’amitié qui se lit comme un thriller », annonce le pitch. Je suis assez d’accord. J’ai eu un peu peur en début de lecture de m’emmêler les pinceaux entre les dix protagonistes, mais l’auteur réussit avec brio à caractériser chaque personnage d’entrée de jeu, grâce à quelques flash-backs bien placés. Une lecture plaisante, dommage que la mise en page ait été faite à la hache, les espaces insécables oubliées.

J’ai ensuite aligné quelques thrillers anglophones:

  • Avant d’aller dormir et Une autre vie, de S.J. Watson:

Deux récits superbement ficelés, du suspens, et ce moment délicieux où l’engrenage prend… Du tout bon. Je vais guetter les prochaines sorties de cet auteur! (D’ailleurs, je découvre que c’est un homme… J’étais persuadée qu’il s’agissait d’une femme, sans doute parce que ses personnages féminins ont une voix qui sonnent « vrai ».)

  • L’inconnue du quai, de Mary Kubica:

Un peu comme dans Une fille parfaite, l’auteure alterne divers point de vues, en décalage temporel, et j’adore ça. Un très bon moment de lecture aussi, un peu plus du côté psychologique que suspens.

  • Et puis « Eurêka », le n°9 de la revue Etherval, tout beau, tout frais!

Mention spéciale à Audrey Aragnou qui m’a fait bien rire avec sa « Cote d’enfer ».