Paradoxes temporels

Tiens, parlons un peu du temps qui passe…

Non, je n’ai toujours pas reçu mes xx exemplaires du Projet Alice. Ça fait 3 loooongues semaines que j’ai passé commande, mais je gère ça très bien. Si, si.

stress2

L’attente. Je crois que c’est le pire (en tout cas pour moi, impatiente diplômée) dans cette existence parallèle d’auteure. On attend toujours quelque chose, une réponse d’anthologiste, un fichier à corriger, un retour de lecteur (ou encore paquet plein de livres). Et avec plusieurs nouvelles en cours de dissection, je cumule les angoisses. Pire: j’en ai rajouté une large couche en soumettant officiellement ce matin mon manuscrit finalisé de Tombent les anges à mon éditeur. Au moins, le connaissant, je sais qu’il ne me fera pas mariner trop longtemps avant de me livrer son verdict.

Heureusement, de douces nouvelles viennent régulièrement m’offrir une bouffée d’euphorie salvatrice. La dernière date d’une heure à peine et provient de la revue Gandahar, qui a sélectionné ma dernière nouvelle en date, Effet papillon, pour son appel à textes sur le thème des « Paradoxes temporels ». Ecrire sur ce sujet représentait un véritable challenge pour moi. Il n’y a pas plus casse-gueule que les paradoxes temporels! Je l’ai attaqué de manière latérale, une approche qui s’est révélée gagnante. Mon texte est sombre, par moments désespéré, mais avec une petite touche de tendresse. Je suis vraiment contente de le voir retenu, et de pouvoir figurer une nouvelle fois au sommaire d’un numéro de Gandahar.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s