Lectures d’octobre

Un petit retour sur les livres lus en octobre.

Après une romance expédiée en moins de 2 heures sur la route des vacances, j’ai viré dans le noir très noir avec « Mais c’est à toi que je pense » de Gary A. Braunbeck, éditions Bragelonne- L’ombre (en numérique):

C’est sombre, c’est glauque, parfois à la limite du supportable. Mais je me suis très vite attachée aux protagonistes, et surtout à Mark, bon samaritain presque malgré lui. Je l’ai suivi en serrant les dents, la rage au ventre. Un excellent thriller, vraiment.

*

J’ai enchaîné sur « Visions de feu », le tome 1 d’une trilogie signée Gillian Anderson & Jeff Rovin, aux éditions Bragelonne- SF (en numérique):

Un livre co-écrit par Gillian Anderson, comment pouvais-je résister?

Et bien, j’aurais peut-être dû. Parce que je n’ai pas été capable de voir l’héroïne autrement que sous les traits de Dana Scully. Et que j’ai souvent regretté les images de certains épisodes de X-Files, surtout à partir du moment où l’intrigue prend une forme ésotérico-philosophique plutôt obscure. Trop pour moi, en tout cas; je ne m’aventurerai pas à la lire la suite.

*

Ensuite, j’ai dévoré le « Spécial Aventuriales » de la revue Gandahar. Un numéro très éclectique, de la SF, du fantastique, de la fantasy… Coup de coeur pour « Golem » de Sara Pintado. Une ambiance sombre, de la magie, la thématique du lavage de cerveau et des souvenirs qui s’accrochent peut-être…  Une excellente nouvelle.

*

Retour au numérique avec « Cicatrices » de Jac Barron, aux éditions Numeriklivres:

J’aime bien le sombre et parfois le glauque, comme le prouve ma première entrée dans ce billet, mais là, c’était trop pour moi. Une surenchère de violence, de descriptions écoeurantes. La narration est intéressante, avec ses nombreux points de vues (j’ai bien aimé les premiers chapitres avec la voix d’Emily), mais elle part souvent dans de longs discours philosophiques qui m’ont fait décrocher plus d’une fois. Bref, la rencontre ne s’est pas faite.

*

Et pour finir, une certaine anthologie, « Vents contraires », aux éditions RROYZZ:

Les 4 textes qui accompagnent le mien sont variés, autant dans leurs styles que dans les thématiques abordées. J’en retiendrais tout particulièrement deux:

  • « Le collectionneur d’air », d’Eva Reitzer, un petit moment de douceur dans ce monde de brutes…
  • « Vents contraires » de F.V. Syam, une perle, tout simplement. Je comprends que ce texte soit sorti premier du concours, loin devant les autres. Une histoire pleine de poésie, livrée avec classe par une plume affirmée. Bravo!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s